Même si les façons de promouvoir un produit et de déclencher l’acte d’achat ne se limitent plus à la seule publicité directe, elle a encore de beaux jours devant elle.

Sortie depuis quelques années du cadre très formaté de la télévision, la publicité vidéo doit maintenant s’adapter et se décliner sur une multitude de supports digitaux, des panneaux numériques aux réseaux sociaux en passant par les sites d’entreprise ou les blogs.

Comme ce type de vidéo doit être conçu en fonction du support de diffusion, on détermine à l’avance le format (par exemple carré sur Instagram), la durée et le style pour atteindre le meilleur résultat.

Et le tout premier objectif est… la non-répulsion. En effet, les internautes sont tellement sollicités que, quand ils n’emploient carrément pas des bloqueurs de pub, leur seuil de tolérance est relativement bas et le réflexe zapping est à portée de clic.

La règle des formats courts

Comme vous ne disposez que de quelques secondes pour capter l’intérêt de l’internaute, vous devez créer des vidéos courtes, des « pastilles » dans le jargon professionnel.

Le pré-roll, cette pub jouée avant une vidéo demandée, a une durée imposée de 10 à 15 secondes. Même chose pour les bannières vidéo.

Si l’on peut atteindre facilement 30 secondes dans d’autres spots il faut s’obliger à un rythme soutenu, une mise en haleine, pour guider le potentiel consommateur vers l’offre finale. Et, au cas où le visionnage n’atteindrait pas le terme espéré, il faut au moins que la marque soit identifiée et le produit reconnu tout au long du film.

Faites donc bien attention à ce que votre logo soit présent, ainsi que votre charte visuelle et la mise en avant du produit.

A noter qu’en post-roll les internautes ne sont pas gênés par des longueurs allant jusqu’à deux ou trois minutes puisque son visionnage est dans tous les cas volontaire. De nombreuses marques en ont fait l’expérience avec succès.

Usez et abusez du « call to action »

L’une des particularités des publicités vidéo sur internet est que… nous sommes sur Internet ! L’interactivité en est la règle d’or. Avec un bouton en fin de vidéo, on peut proposer toutes sortes de suites à donner. Mais pour des raisons d’efficacité, choisissez-en une et une seule.

Il peut s’agit d’un « call back » qui permet au visiteur de laisser son numéro de téléphone pour que vous le rappeliez (service avant vente et après vente). Vous pouvez lui proposer de participer à un jeu concours et vous l’enregistrerez du même coup dans votre base de données prospects.

Même avantage si vous lui proposez de télécharger une brochure, un catalogue, un livre blanc, un e-book. Vous pouvez aussi le conduire vers votre site, vers un tunnel de vente avec ou sans bon de réduction ou encore lui proposer des contenus additionnels.

Le taux de conversion des vidéos étant important, plus l’internaute en voit venant de chez vous, plus vous aurez de chances de l’accueillir comme client.

Misez sur l’interactivité et la localisation

Comme le propre d’internet, nous le disions plus tôt, est l’interactivité, il serait dommage de s’en priver. Attention toutefois à ne pas commettre des erreurs. Ainsi, obliger l’internaute à cliquer pour voir la marque ou l’offre elle-même n’est par exemple pas une bonne idée.

Par contre, proposer de lui indiquer le magasin le plus proche de chez lui où il pourra découvrir en vrai le produit qui l’intéresse et l’acquérir sur place est une bonne utilisation de la géolocalisation.

Une vidéo-publicité convaincante sans le son

Dans la plupart des cas, les vidéos publicitaires sont diffusées avec le son désactivé par défaut afin de ne pas polluer l’expérience utilisateur, ou bien parce que l’environnement ne s’y prête pas (navigation silencieuse) ou encore parce que l’ordinateur de lecture n’est pas équipé de périphériques son ou qu’ils ne sont pas branchés.

Faites donc très attention à concevoir et réaliser des vidéos fonctionnant même sans le son ou, a minima, incitant l’internaute à activer le son.

Choisissez le bon format de diffusion

Les vidéos publicitaires ne doivent pas attendre que l’internaute les active pour commencer à être lues. Il faut qu’elles se chargent aussi vite que le reste de la page et fonctionnent immédiatement.

La technique permet aujourd’hui à votre code côté serveur de détecter le type d’appareil avec lequel vous êtes consulté. C’est le principe des sites responsive design dont la mise en page s’adapte au format des écrans.

Il est possible également de savoir si la lecture se fait avec un haut ou un bas débit, le type de système d’exploitation (microsoft, apple, Androïd, Linux…) et les lecteurs vidéo intégrés. Cela permet de délivrer la publicité vidéo dans la bonne définition et le bon format.

Il faut donc que vous stockiez votre pub sur votre serveur de contenu en haute et en basse résolution et dans divers format sachant que le plus répandu reste tout de même le .swf d’Adobe Flash. Et l’idéal est d’en prévoir aussi des versions TV de façon à bien diversifier vos campagnes.

Votre publicité vidéo sera dans tous les cas unique car votre entreprise et vos produits le sont. « Vidéo Produit » saura vous accompagner efficacement dans cette production vidéo.

videoproduit

Author videoproduit

More posts by videoproduit

Leave a Reply